Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée (CRÉPIC)
augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte imprimerBookmark and Share
Axes de recherche
Axe 1 – L’implantation de nouvelles formes organisationnelles en santé

Contexte et objectifs
L’analyse de l’implantation des réseaux en santé est une composante importante du programme de l’équipe IRSC. La mise en place de ces réseaux, c’est-à-dire des structures plus horizontales mieux adaptées pour coordonner les soins primaires ou les soins dédiés à des clientèles ciblées est au centre de nombreuses réformes. Ce projet vise 1) à analyser l’évolution des organisations de santé vers un fonctionnement en réseau et 2) à mieux comprendre les pratiques de gestion et de gouvernance qui permettent d’opérer une telle transition au Québec et en Ontario.

Cadre conceptuel
Le projet s’appuie sur trois développements théoriques complémentaires : les travaux sur la transformation des formes organisationnelles sur les tensions inhérentes au fonctionnement des réseaux dont celles entre différenciation et intégration et sur la gestion des paradoxes Elles soulignent l’importance de gérer des dualités dans les processus de transformations sans que ces dernières aient fait l’objet de recherches empiriques significatives.

Méthodologie
Un devis mixte est utilisé. Une enquête auprès des équipes de direction, responsables des programmes cliniques et des partenaires organisationnels des CSSS au Québec(n=95) et des réseaux régionaux du Cancer Care Ontario (CCO) avec deux mesures prises dans le temps (2010-2012) pour apprécier le degré de fonctionnement en réseau. L’enquête vise à établir des profils d’intégration sur le plan des valeurs, administratif et clinique et à identifier les fonctions de coordination (référence de cas, échange d’informations, gestion conjointe de cas…) assumées par les réseaux. Ces analyses seront mises en relation avec des indicateurs de performance dans le cas des CSSS. S’ajoute à l’enquête, la réalisation de huit études de cas sur la gestion des transitions (CSSS au Québec & réseaux régionaux pour CCO/ 2010-2012) visant à identifier les processus clefs conduisant ou non à la forme réseau.

Développement projeté dans le cadre de la Chaire GETOSS
Ce projet offre un potentiel important pour de nouveaux développements en recherche. L’implantation des CSSS au Québec s’appuie sur une volonté forte du gouvernement central d’impliquer la fonction publique dans le pilotage des transformations. Le modèle adopté par le CCO consiste à déléguer à une nouvelle organisation le pilotage des transformations offrant ainsi un potentiel pour l’analyse comparée des dispositifs de gouvernance. La mise en parallèle de ces analyses avec les transformations dans d’autres secteurs de l’administration publique (ex. : éducation supérieure, affaires municipales) sera développée avec des collègues de l’ENAP. De plus, un projet en développement avec le CHU de Nice (démarrage anticipé 2010) vise à mieux comprendre le potentiel d’innovation associé à un dispositif de territorialisation des politiques de santé publique offrant ainsi une base comparative supplémentaire.

Retombées anticipées
Sur le plan pratique, les systèmes de santé comme de nombreuses organisations publiques consacrent des ressources importantes pour réaliser des transformations. Nos travaux vont permettre de mieux comprendre les dynamiques de fonctionnement en réseau et les pratiques que peuvent adopter les décideurs pour les mettre en oeuvre. Sur le plan scientifique, ces travaux adoptent une double perspective en s’intéressant à la fois à la capacité des organisations et de l’appareil gouvernemental à gérer des changements complémentaires et à s’accommoder des dualités inhérentes aux transformations.


Axe 2 – Le rôle de la connaissance dans le renouvellement des pratiques de gouvernance

Contexte et objectifs
Le renouvellement des pratiques et techniques de gouvernance en vue d’accroître l’innovation, l’adaptation et la performance est au centre de nombreux projets de réformes dans le secteur public Le programme de recherche de la Chaire CRC porte une attention particulière à la mobilisation d’instruments et dispositifs de gouvernance pour le développement d’une approche réaliste des pratiques informées par les résultats de recherche Nos travaux conjuguent ainsi les perspectives de la gouvernance fondée sur la relation de délégation avec celle centrée sur le renouvellement de l’exercice de l’influence dans les systèmes de service. Trois projets vont démarrer prochainement sur ces questions. Un projet, en partenariat avec l’Agence de la santé de la Montérégie (FCRSS : 2009-2011), vise à analyser le potentiel d’une mise à disposition sur une base compétitive d’un capital de risque pour l’innovation jumelé à des processus systématiques d’accompagnement des organisations. Deux projets de recherche sur le potentiel des réseaux d’échange de connaissances (équipe IRSC) pour favoriser l’innovation vont aussi être réalisés : a) une synthèse systématique sur les réseaux de connaissances (2009-2011) et b) deux études de cas (2010-2012) d’initiatives organisationnelles structurantes pour favoriser la gestion des connaissances à l’échelle d’une région socio-sanitaire (Montérégie) et de l’ensemble du système de santé au Québec (initiative IPCDC, Institut National de Santé Publique du Québec).

Cadre conceptuel
Ces projets de recherche s’appuient sur quatre cadres théoriques complémentaires : la gouvernance comme approche pour le décodage de l’action collective en situation d’incertitude et d’ambiguïté les cultures épistémiques tel que développées par Knorr-Cetina, les études sur le développement de capacités organisationnelles pour la mobilisation des connaissances scientifiques et sur la formation des réseaux favorables à l’innovation

Méthodologie
Deux méthodes principales sont utilisées dans ces différents projets : les méthodologies d’analyse systématique des connaissances adaptées à un corpus hétérogène d’études provenant des sciences sociales et des études de cas basées sur une diversité de sources de données (entrevues, documents, indicateurs quantitatifs) afin de documenter l’évolution naturelle d’expériences significatives et à grande échelle en matière de gestion et d’utilisation des connaissances.

Développement projeté dans le cadre de la Chaire GETOSS
La Chaire CRC va permettre de développer de nouveaux projets sur le rôle spécifique de l’expertise localisée au sein de l’administration publique en appui aux organisations et professionnels touchés par les transformations. Ces projets vont porter à la fois sur l’identification des mécanismes et stratégies propices à l’innovation et à la mobilisation des connaissances dans les organisations (ex. : santé, éducation) et à un apprentissage mutuel entre les différents niveaux de gouvernance d’un même système de service (ex. : local, régional, central). À titre d’exemple, suite à une étude exploratoire sur le rôle de la gouvernance pour la qualité et la sécurité des soins des discussions sont en cours pour le montage d’analyses comparatives Royaume-Uni-Canada dans ce domaine afin de mieux comprendre la fonction d’habilitation des dispositifs de gouvernance (date anticipée de démarrage 2011).

Retombées anticipées
Il y a un engouement très fort chez les décideurs publics pour une utilisation accrue des résultats des recherches dans la prise de décision. Beaucoup de travaux ont porté sur les facteurs individuels et sociaux favorables à une utilisation des connaissances. Peu de travaux ont porté directement sur la mise en synergie des capacités organisationnelles pour la mobilisation des connaissances retrouvées au sein des organisations publiques et de l’appareil gouvernemental. Ces recherches s’inscrivent en synergie avec des travaux de pointe dans le domaine en portant une attention particulière au rôle des connaissances dans le pilotage des politiques et des transformations